• geberoze

Le peuple Makonde

Ils seraient arrivés à la rivière Ruvuma il y a quelque 2 siècles. Mais la vallée les exposait aux razzias des marchands d’esclaves arabes. Ils sont donc montés sur le plateau de Cabo del Gado. Pour s’installer sur ce plateau aride du nord du Mozambique, ils ont dû chasser ceux qui s’y trouvaient. Leur réputation de peuple guerrier a contribué à les isoler. Ils ont ainsi échappé à la colonisation portugaise et à la guerre post coloniale. Par la suite, la pauvreté et la guerre les ont amenés à émigrer en Tanzanie.

Ils ont gardé leurs traditions, car ils vivent en groupe.

Leur société est plus matrilinéaire que matriarcale. La femme suit le mari, lui obéit, mais tout appartient à la famille maternelle de la femme, y compris le mari. Un homme entre dans la famille de celle qu’il épouse. Selon les groupes, les enfants –garçons et filles – suivent la mère ou le père.

Les sculpteurs sont réputés détenteurs de pouvoirs magiques. La magie représente l’effort des hommes pour tenter d’expliquer et de maîtriser les forces cosmiques. Le monde Makondé est un monde de lutte pour la survie, de pauvreté, de faim dans lequel l’homme est entouré de forces hostiles, avec des moments trop rares de joie, écourtés par la mort, les forces maléfiques, la peur. Le monde est le lieu d’affrontements entre des forces opposées et l’homme est au centre. C’est pourquoi leur sculpture n’est jamais statique.

Les histoires qu’elle raconte sont situées dans l’espace et le temps et ont une dimension dramatique


Masque de ventre (portés par les femmes)

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout